Réussisez l’intégration de vos collaborateurs

L’intégration des nouveaux salariés dans l’entreprise est la dernière phase du processus de recrutement. Cette étape cruciale ne doit pas être négligée, car elle marque le début de la vie du collaborateur dans l’entreprise.

Voici quelques chiffres pour vous mettre dans le bain avant de commencer à parler des clés d’une intégration réussie.

82 %

des entreprises ne se sentent pas prêtes le jour de l’arrivée d’un nouveau collaborateur.

65 %

des entreprises n’ont pas mis en place de parcours d’intégration.

1/3

des cadres démissionnent suite à une mauvaise intégration.

r

Ne négligez donc surtout pas

la 1ère heure, la 1ère journée, la 1ère année !

1. les enjeux d’une intégration réussie

Enjeux pour l’entreprise

  • Moments clés pour transmettre des compétences stratégiques ce qui permettra au collaborateur d’être opérationnel le plus rapidement possible et devenir autonome sur son poste. De ce fait, l’entreprise va également bénéficier d’un gain de temps et de performance.
  • Promotion de la marque Employeur : Il faut savoir qu’une mauvaise intégration engendre une mauvaise image de l’entreprise que ce soit en interne ou en externe.
  • Fidélisation des salariés et réduction du turn over
  • Baisse des coûts de recrutement : En effet, un recrutement raté a souvent un coût et qui n’est pas moindre. Ce dernier est mesuré en termes de temps allouer au recrutement et à la formation consacré au nouveau collaborateur mais également au niveau administratif (contrat de travail, mutuelle, prévoyance).

Enjeux pour le collaborateur

Une bonne intégration facilitera la prise de poste par le nouveau collaborateur et lui permettra de découvrir son environnement, ses collègues et son outil de travail. Ce dernier pourra également appréhender la culture d’entreprise et développer son sentiment d’appartenance.

2. les erreurs à éviter lors de l’intégration d’un nouveau collaborateur

❌ Laisser déjeuner seul le nouveau salarié

❌ Oublier de le présenter aux autres collaborateurs

❌ Avoir un RH qui ne connait pas le nom du nouveau salarié lors des présentations

❌ Ne pas fournir de bureau, de PC ou de contrat de travail

❌ Prévoir une intégration trop dense

❌ Laissé le salarié démarré son activité seul, sans accompagnement

❌ Ne pas donner les moyens et les outils pour occuper le poste

3. quelques bonnes astuces pour réussir l’intégration d’un nouveau collaborateur

Avant l’arrivée du collaborateur : il faut se préparer !

✔️ Préparer le matériel dont le nouveau collaborateur aura besoin

✔️ Communiquer auprès des équipes l’arrivée du nouveau salarié (son nom, son poste et la date de son arrivée)

✔️ Nommer un parrain ou une marraine pour le nouveau collaborateur

Le jour de l’arrivée du collaborateur: il faut bien accueillir le nouvel arrivant !

✔️ Être disponible le jour j et accorder du temps au nouveau collaborateur pour lui expliquer ses missions, le fonctionnement de l’entreprise et les règles de vie en interne avec un livret d’accueil par exemple

✔️ Présenter les équipes, le manager et le service

Et après ?

✔️ Il Faut formaliser et présenter les prochaines étapes : L’objectif est de montrer au collaborateur que vous êtes là le premier jour mais que vous serez aussi là les jours suivants pour l’accompagner dans la prise en main de son poste.

✔️ Utiliser l’AFEST pour développer les compétences nécessaire à la prise de parole

✔️ Laisser du temps au salarié pour prendre en main son poste et découvrir les méthodes internes

4. les grandes étapes du parcours d’intégration

Il faut savoir que le parcours d’intégration commence dès la validation du recrutement et se poursuit jusqu’à la fin de la période d’essai et même au-delà. Ce dernier doit être personnalisé et adapté au profil du nouveau collaborateur et se résume donc en 3 étapes : Préparer, accompagner et évaluer.

5. les outils d’une intégration réussie

Il existe plusieurs outils qu’il est possible de mobiliser dans les différentes parties d’intégration d’un nouveau collaborateur. Un parcours d’intégration n’a pas forcément de durée type, il peut varier d’une entreprise à une autre. Par exemple pour une entreprise dans le tourisme, il existe des saisons estivales et des saisons hivernales, donc la gestion des outils et des équipes est différente selon les périodes. Il est donc possible dans ce cas de procéder à une intégration sur une année complète pour permettre au collaborateur d’avoir une vision assez large de son poste.

La date de fin de la période d’intégration peut être identique à celle de la période d’essai.

Dès l’arrivée du collaborateur

  • Livret d’accueil : Un outil pour mettre à disposition du collaborateur, toutes les informations clés au sujet du fonctionnement interne de l’entreprise.
  • Check List nouvel arrivant : La liste de tout ce qu’il faut prévoir lors de l’arrivée d’un nouveau salarié (matériels, documents RH …)
  • Parrain/Marraine : Mobiliser des collaborateurs en interne permet d’avoir un esprit d’équipe afin que le nouvel arrivant s’intègre au mieux.

La première semaine

  • Mettre en place un parcours de rencontre : Le nouveau collaborateur rencontre les acteurs clés de l’entreprise. Cela permettra également de voir la proactivité du salarié et sa motivation à s’intégrer.
  • « Vis ma vie » : Suivre en observation un collègue de son équipe ou d’une autre équipe
  • Rappel des missions et attentes à travers une fiche de poste par exemple

Pendant la période d’éssai

  • Bilan d’étape avec le manager
  • Rapport détonement : On peut demander au nouveau collaborateur de faire un petit bilan sur la période qu’il vient de vivre et de répertorier ce qu’il a aimé, ce qu’il a moins aimé et surtout ce qu’il préconisera pour les prochaines intégrations. Le fait de se remettre en question permet également de donner une bonne image de l’entreprise auprès du collaborateur.
  • Entretien de fin de période d’essai

Accompagner le développement des compétences

  • Utiliser tous les bénéfices que procure l’AFEST (Action de Formation En Situation de Travail) : La formation en situation de travail permet de réaliser une intégration plus sereine car :

– Le salarié apprend en situation réelle tout en ayant le droit à l’essai, à l’erreur, à faire autrement et à être moins productif.

– On alterne dans l’AFEST des séquences de formation en situation de travail et des phases réflexives ce qui permet d’échanger, de débriefer, de comprendre le comportement du salarié et d’interroger les pratiques de l’entreprise.

  • Binôme-Tutorat : Transmission de savoirs et de méthodologies des salariés les plus expérimentés vers le nouveau collaborateur.
  • Accompagner les managers dans le suivi du nouveau salarié : La direction donne les moyens au manager pour avoir un temps dédié à l’intégration des nouveaux salariés de son équipe.

Retrouvez notre dernier article sur l’AFEST (Action de Formation En Situation de Travail)

caroline lezcano

caroline lezcano

DRH à temps partagé, référent AFEST

« Au service du développement de vos compétences depuis plus de 10 ans, j’adore partager mon expertise auprès des dirigeants de TPE/PME et de leurs salariés, afin que chacun puisse évoluer dans un cadre de travail épanouissant ! »

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *