Managers : comment apporter de la reconnaissance à vos collaborateurs

76 % des salariés recherchent la reconnaissance[1] et considère cette dernière comme une clef importante de qualité de vie au travail.  Voici des pistes pour valoriser sincèrement vos équipes.

Tout le monde a besoin de reconnaissance ! Un cadre révélait « prendre son travail pour un hôpital et tout donner pour avoir de la reconnaissance professionnelle ». Ce besoin insatiable entraine l’envie d’en faire toujours plus, la conséquence de ne pas savoir prendre de la distance et parfois d’exploser en vol (le « burn out », maladie liée au stress, signifie en anglais « exploser »). En tant que manager, il est important d’identifier les profils de votre équipe et de réguler ce besoin de reconnaissance en rassurant les collaborateurs sans en faire trop non plus ! En effet, il est recommandé de doser les signes de reconnaissance de manière que les personnes ne fassent pas leur travail pour obtenir de l’approbation mais pour se sentir utiles et fières d’elles.

[1] Menée auprès de 1800 employés, cette étude Deloitte – Cadremploi sur la Qualité de Vie au Travail est accessible en ligne

 

1. L’impact des signes de reconnaissance

Quand un manager « remplit le vase » de ses collaborateurs de signes de reconnaissances positifs inconditionnels et conditionnels, les personnes gagnent en motivation, inspiration et puissance dans les actions. Au contraire, si un manager laisse le vase de reconnaissance vide ou ne le remplit que de stimulations négatives conditionnelles et inconditionnelles, les collaborateurs vivent dans la peur, la frustration face à l’obéissance et cherchent à se protéger plutôt qu’à agir.

2. Les modes d’échange : comment apportez-vous de la reconnaissance positive à vos collaborateurs ?

  • Communication orale: plus la stimulation est précise, plus cela permet à l’autre de se sentir pris en compte. Par exemple, si vous dites à un vendeur : « C’est bien », ce n’est pas la même chose que : « J’ai observé ton attitude avec la cliente ce matin. Tu as une excellente écoute, ta capacité à laisser des silences pour que la personne s’exprime est remarquable. De même les questions que tu lui as posées l’ont aidé à se projeter, elles étaient précises sans être impudiques. J’apprécie beaucoup ton tact. Félicitations. » Cet exemple combine des stimulations qui pointent des détails (tes questions étaient précises) et des signes de reconnaissance inconditionnelle qui touchent l’être (« j’apprécie ton tact. »)
  • Communication par écrit : le feedback positif est possible par écrit mais à l’oral vous pouvez toucher la personne de façon plus pertinente car vous êtes attentif à ces réactions.
  • Disponibilité : par votre présence attentive, votre regard, vous pouvez offrir à l’autre la sensation qu’il est important, que ce qu’il fait et ce qu’il est, compte.
  • Récompenses : augmentation, trophée, avantages… sont des signes matériels de votre satisfaction.

3. La reconnaissance en équipe

Valoriser les personnes mais auslsi le colectif permet de donner une dynamique aux projets que vous coordonnez.  Être un bon manager c’est apporter de la reconnaissance à son équipe sur le contenu, les comportements, faire en sorte que les membres de l’équipe se valorisent entre eux et savoir aussi « mettre un fond au puit » c’est-à-dire ne pas sombrer dans le jeu de celui ou celle qui en fait toujours plus mais au contraire reconnaitre celui ou celle qui sait s’organiser, gérer l’équilibre vie professionnelle/ vie personnelle et mettre des limites.

Le feedback en équipe peut donc permettre de réguler la charge de travail, de mieux l’équilibrer entres les personnes et d’éviter ainsi un sentiment d’injustice (ce sont toujours les mêmes qui travaillent et toujours les mêmes qui ne font rien). Régulièrement, l’équipe peut faire des feedbacks sur la répartition de la charge de travail : ce qui pose problème et des suggestions pour améliorer la situation.

En tant que manager, vous pouvez inspirer vos équipes.  André Comte Sponville dit à ce sujet : « le travail doit avoir un sens, le salaire d’accord mais aussi le plaisir, de la reconnaissance, de la convivialité et un sentiment d’appartenir a une aventure collective. L’entreprise doit se soucier du bonheur de ses salariés parce que des salariés heureux donnent le meilleur d’eux-mêmes ». 

Tous les mois, découvrez un article thématique sur le digital learning et l’ingénierie pédagogique. Suivez-NOOUS sur LinkedIn pour ne pas les rater !

delphine tordjman

delphine tordjman

Responsable du pôle Conseil en Formation

J’aborde la vie avec enthousiasme et énergie et je ne fais pas les choses à moitié ! Consultante coach avec 15 ans d’expérience dans la formation et le digital, je mène vos projets avec passion. Mon plus : 5 livres publiés dont un sur la reconnaissance au travail

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *