#34 Cohort based learning

Découvrez les denières actualités sur le thème de l’organisation apprenante

Je suis ravie de vous retrouver pour aborder le sujet des formations par cohorte que certains considèrent comme le futur de l’EdTech ! Bien qu’encore peu appliqué au niveau de la formation professionnelle au sein des entreprises (actuellement, il est plutôt pratiqué sur des formations en B2C), le cohort-based learning a un sacré potentiel 🌟 C’est ce qu’on va voir aujourd’hui.

Are you ready for a good time ? (Oui, j’écris cette NOOUSletter avec du AC/DC dans les oreilles)

1. La définition du concept

Selon le Ed Glossary, une cohorte se définit comme un groupe d’individus qui ont quelque chose en commun. Au sein d’une formation par cohorte, les membres du groupe (15 à 30 personnes en moyenne) partagent des buts et intérêts similaires et progressent ensemble, au même rythme, dans le cursus établi. Les formations par cohorte ont donc souvent des dates d’entrée et de fin fixes et les sessions sont uniquement accessibles une ou deux fois par an. Ça vous rappelle des souvenirs ? 💭 C’est normal : on n’est pas bien loin du système éducatif scolaire 🎓 Une différence notable : les participants ont délibérément choisi de s’inscrire au programme, il ne leur est pas imposé. Les formations par cohorte peuvent se dérouler en ligne ou en classe physique et sont basées sur la mise en pratique et la culture du feedback. Au cœur de ce modèle, on retrouve l’idée de communauté et d’apprentissage collaboratif. Cela crée un environnement propice au soutien et à l’échange. Les participants bénéficient d’une motivation par les pairs qui limite le risque de décrochage ! Plutôt cool, non ? 😉 Les formations par cohorte se concentrent aussi sur les apprenants, ce qui en fait un outil très apprécié.

Depuis 2020, les cohort-based courses (CBCs) se multiplient et cette tendance n’est visiblement pas prête de s’inverser. Pour preuve : derrière Maven, qui entend concurrencer OnDeck, on retrouve trois grands noms de la formation en ligne : Gagan Biyani, cofondateur d’Udemy, Wes Kao, cofondatrice de altMBA et Shreyans Bhansali, ingénieur qui a cofondé Socratic et participé à l’élaboration de Venmo. Peu de temps après sa création, Maven a pu compter sur les fonds de a16z (aka le mastodonte Andreessen Horowitz). On retrouve notamment dans le portfolio de ce fonds d’investissements américain : Airbnb, Udacity, Slack, Pinterest, Instagram… L’enseignement supérieur s’y met aussi. Pour changer des applications Zoom et Teams qui ont montré quelques lacunes durant la crise sanitaire, Stanford University, par exemple, a opté pour des cohort-based courses en ligne. Future is bright pour les formations par cohorte ! 😎

Découvrez les différentes méthodes de la Pairagogie.

2. Cohort-based learning vs self-paced courses

Au cours de la dernière décennie, les Massive Open Online Courses (MOOCs), qui répondent à une logique ATAWAD (pour anytime, anywhere, any device) et offrent ainsi une grande flexibilité aux apprenants, ont eu le vent en poupe, popularisés par des plateformes comme Udemy ou LinkedIn Learning 🌬️Seulement, avec le recul, on s’aperçoit que ces dispositifs, dont la proposition de valeur est intéressante, n’obtiennent pas les résultats escomptés en termes de transformation. Les études montrent notamment que les MOOCs ont un taux de complétion de 3 à 7%, tandis que les formations par cohorte atteignent jusqu’à 85%. Les chances de finaliser son parcours sont très variables – deux salles deux ambiances 🤯

Qu’est-ce qui peut expliquer un tel écart ?

Jouons au jeu des 5 différences, si vous le voulez bien 🃏 :

La formation par cohorte est une méthode d’apprentissage principalement synchrone qui comporte également des éléments asynchrones tels que des ressources additionnelles, alors que dans le cadre des self-paced courses, l’apprenant suit seul la formation, en consommant le contenu à son propre rythme. Il faut une certaine capacité à s’auto-réguler. On s’entend : cela n’est pas donné à tout le monde 🙈

Le cohort-based learning promeut un apprentissage actif, plutôt que la consommation passive de contenu pédagogique, comme le simple fait de regarder une vidéo. La formation par cohorte propose donc une expérience plus immersive et interactive, moins monotone 🙌 Elle favorise le sentiment d’engagement chez l’apprenant.

Les formations par cohorte sont axées sur la communauté. Elles offrent aux apprenants l’opportunité de construire des relations et d’apprendre de leurs pairs. Ce dialogue permet entre autres de développer de nouvelles perspectives, booster leur créativité et facilite l’émergence de savoirs partagés 💬

Les apprenants disposent d’une grande liberté dans le cadre des self-paced courses. Le revers de la médaille ? 🏅 Il est aussi plus facile d’abandonner. Tandis que dans le cadre des formations par cohorte, la proximité du formateur et la présence des pairs tendent à responsabiliser l’apprenant.

Les formations par cohorte ont une contrainte temporelle et ses tarifs sont souvent plus élevés. Tous ces facteurs motivent à aller jusqu’au bout une fois qu’on a commencé 💪

Time to choose your fighter ! 👾

3. How to – Créer une formation par cohorte

Vous avez fait votre choix ? J’imagine que maintenant vous souhaitez savoir comment lancer des formations par cohorte ? 🚀 On y vient ! Voici une liste (non-exhaustive) des bonnes pratiques à mettre en place ✨

Concentrez-vous sur le « comment » (ce que les apprenants seront en mesure de réaliser après votre formation), plutôt que sur le « quoi » ou le « pourquoi », et optez pour la mise en application des savoirs. L’expérimentation permet de mieux les ancrer et implique également davantage les apprenants.

Connaissez vos participants : qui ils sont, que recherchent-ils dans votre formation, quelles sont leurs préférences d’apprentissage etc. Prenons l’exemple du bootcamp Sauce Writing de Valentin Decker, dont l’objectif est d’apprendre à structurer, écrire et promouvoir des articles en six semaines. Chaque participant passe deux étapes avant de s’inscrire à la formation : il répond à un formulaire de candidature puis réalise un entretien de motivation avec le formateur.

Privilégiez les interactions. Contrairement aux formations sous la forme de ressources audiovisuelles pré-enregistrées, les apprenants ont la possibilité d’échanger en direct avec vous. En tant que formateur, vous adoptez une double-posture : celle de la personne qui transmet les savoirs mais également celle de la personne qui anime la formation (sessions de questions-réponses, ateliers de travail en direct, invitations d’experts…) et crée du lien avec et entre ses participants.

Engagez votre communauté. Dans le cohort-based learning, l’interaction avec les pairs est un ingrédient essentiel de l’apprentissage. Le fait de faire vivre des expériences similaires et simultanées à l’ensemble des participants conduira notamment à une émulation collective. En pratique, vous pouvez encourager les apprenants à faire connaissance. Dans Sauce Writing par exemple, les participants peuvent communiquer entre eux à travers un espace sur Circle.

Prototyper et tester. Avant de vous plonger dans un travail de longue haleine, concevez un MVC (minimum viable course). Il doit vous prendre peu de temps, et être rapide à suivre pour vos participants. Obtenir leurs retours vous permettra d’améliorer votre formation 🙂

Et voilà, cette NOOUSletter est terminée. Elle m’a convaincue de l’opportunité de créer une formation par cohorte !

Julie de chez NOOUS

Communicante enthousiaste

Email : jbessonie@noous.co

Mieux NOOUS connaitre
Parfois, on écrit des articles
Souvent on partage du contenu sympa (et utile) sur LinkedIn
Comment ? Vous n’êtes pas encore inscrit à la NOOUSletter ?

Vous êtes arrivés à la fin de cette NOOUSletter (belle perf’)
Vous pouvez dès à présent reprendre une activité normale.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *